CAIRH - Roy Hart International Arts Center
Chateau de Malérargues
F-30140 Thoiras +33 466 85 45 98

Uncategorized

19 - 24 JuilletExplorer sa voix et chanterMargaret PIKES / Marie-Paule MARTHE / Gianluca PEZZINO

Dirigé par Margaret PIKES, Marie Paule MARTHE  avec Gianluca PEZZINO * (pianiste)
Durée 33 h :  9 h 30 – 12 h 30 & 14 h 30 – 17 h  – Prix : 495 €

Vous aurez la possibilité d’explorer votre voix dans toute son expressivité en chansons avec un accompagnateur au piano. L’accent sera mis sur la liberté d’expression et la recherche vocale, mais nous travaillerons aussi la mise en place musicale et rythmique.

Merci aux participants d’envoyer la partition d’une ou deux chansons qu’ils/elles connaissent  et aimeraient travailler,  avant le 2 juillet au CAIRH (c/°Béatrice/stage Margaret)   Château de Malérargues, 30140 Thoiras –  France

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

June Intensive 2004

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Saison 2013

La programmation de nos stages pour 2013 est en ligne

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

John Wild

ws_johnwild

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

James Hillman et Malérargues

a personal appreciation

 

In 1974

47 of the Roy Hart Theatre came to Malérargues from London with the high – even mad hopes of being the most profoundly important movement in theatre of the twentieth century. Deep in the mysterious and difficult Cevenol hills we hoped to find the peace necessary to bring soul back to theatre.

Then we were decapitated by a road accident.

We buried our dead, waited, and were confronted with the question, « Do we dare continue without Roy? » The alternative was to return to London, but for most of us that seemed shameful. We voted to persist.

There were then six years of Stalinist communal madness, living on lentils. Half of us went out to work so that the other half could rehearse and perform. It was terrible, but in my life I am proud of those friends and those years.

Then different personalities, different projects began to emerge, leading to what I consider the golden age of Roy Hart Theatre -  Six or eight different shows with entirely different styles and goals, and all great. One element that fed this freedom and multiplicity was Enrique’s discovery of the writings of Charles Boer, James Hillman and Rafael Lopez Pedraza on mythology. James presented us a freedom and seriousness of thought that helped us avoid becoming a sect.

It could be said that at that time we were an orphaned theatre in search of a new father, but they were not fathers, they were friends – bubbly, fun inspiring friends. James was never a father, he was a buddy. They came to us via Enrique’s correspondence with Charles and James, then a chance meeting with « Pagilacci » in Ascona. Our opera, Pagliacci was not overtly psychological, it was a « show » and it was good and they loved it.

With this proof that we were not some kind of theatrical weirdos they came to visit Malérargues the following winter. They saw all of our shows including a beautiful and unique performance of Pan by Enrique.

They respected what we had achieved and were working for. They were good friends for many years. Charles introduced the idea of « Myth and Theatre » and he, James and Paul Kugler were star speakers for many of its manifestations. They are great friends of Malérargues and the dreams there.

Years later, just on the pavement outside the Broadway and East 4th street market in New York, I met Margot, James’ most beautiful wife, it was an amazing co-incidence. She immediately invited me to dinner and later to stay with her and Jim in their Chelsea apartment. They were so warm and kind to me that I can never forget. I have dreamt of them regularly over the years since and when I knew that James was dying, that friendship drew me back, without hesitation.

James spent his life facing up to and examining pathologies – for what they could give to life. In the living of his own, ultimate pathology he did not renege.

Thursday 27 October 2011: sitting, smiling, drinking and dining around James’ coffin, wondering about the mystery we had just lived, Nor Hall reminded us of the gate keepers at Dephi who put their finger to their lips as the supplicants left the Oracle – « Ssh, don’t tell ». Or did they mean, « Ssh, don’t try to explain ».

Ian Magilton

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

CAIRH intro

Situé au coeur des collines cévenoles, le Centre Artistique International Roy Hart (le CAIRH) a pour mission de protéger et de promouvoir l’héritage vivant du Roy Hart Théâtre. Le Roy Hart Theatre est renommé pour son travail unique dans le domaine de l’expression vocale et de l’extension des registres de la voix humaine. Il puise ses racines dans le travail d’Alfred Wolfsohn et sa recherche sur les liens existant entre la voix et l’âme.

“Je vis en inspirant et en expirant. Je chante en transformant ce souffle en son, ce son qui, à son tour, forme la matière pour les contenus de l’âme.”

Ses élèves poursuivent le travail à Londres après sa mort et, à l’instigation de Roy Hart, ils créent Les Bacchantes (1968), création d’avant-garde qui attire l’attention de Jerzy Grotowsky, Peter Brook, Jack Lang, Jean-Louis Barrault (entre autres), et qui mènera à la création du Roy Hart Théâtre.

Plus de vingt-cinq productions tournent alors en Europe, aux USA, en Amérique du Sud, en Israël, en Afrique du Nord. Progressivement, de nouvelles compagnies telles Panthéâtre, Archipelago, Amadée issues du Roy Hart Théâtre se créent, conduisant à la création du Centre Artistique International Roy Hart (1991). Aujourd’hui, ces compagnies et les membres fondateurs du Roy Hart Theater poursuivent leur recherche sur la voix, créent, se produisent et enseignent partout dans le monde. Le travail du Roy Hart Théâtre est reconnu comme une des influences majeures dans le domaine de la voix et de ses applications artistiques et humaines.

Le travail est provocant, stimulant et physique. En mettant l’accent particulièrement sur le caractère unique de chaque voix, nous travaillons à développer et consolider le registre ‘normale’ de la voix puis à explorer l’étendue vocale vers les registres aigus et graves en découvrant des voix nouvelles et en augmentant le potentiel d’expression musicale et théâtrale. Le travail est apprécié par les artistes du spectacle vivant (acteurs, comédiens, chanteurs, danseurs etc…) par des professionnels et par toute personne intéressée par la communication. La plupart des stages sont ouverts à tous. Certains s’adressent particulièrement aux débutants qui veulent découvrir le travail du Roy Hart Théâtre, tandis que d’autres ont des thèmes spécifiques. Le nombre de participants est limité afin d’assurer la qualité du travail individuel. La plupart des intervenants du Centre, artistes et professeurs, ont travaillé avec Roy Hart et ses élèves. Depuis leur implantation à Malérargues en 1974, ils ont acquis des années d’expérience inter-disciplinaires dans les domaines de la voix, du théâtre, de la musique, de la danse, des arts plastiques, du mouvement et de la psychologie. Reconnus pour leur qualité professionnelle, chacun d’entre eux apporte son expérience propre et les fruits de sa recherche personnelle. Tout au cours de l’année, des artistes et professeurs invités, des étudiants, boursiers pour certains, des chercheurs, apportent leurs pratiques spécifiques et ouvrent de nouvelles perspectives de recherche et de collaboration pour le Centre. Certains des cours ont obtenu l’agréement de la formation professionnelle.

“La voix est le muscle de l’âme.”

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Guardian obituary

James Hillman, who died aged 85 at his home in rural Connecticut from the complications of cancer, has been hailed as the most important American psychologist since William James. He was a dedicated subversive – witty and original – an heir to the Jungian tradition which he re-imagined with unceasing brilliance.

He had celebrated his 70th birthday at the Globe Theatre in Southwark, where a succession of friends performed on the stage, dramatically lit with a single coal brazier.  When his turn came, he stepped out and delivered a graceful tap-dance routine in which he exhibited characteristic sensuality and grace. The playful deftness of his feet echoed the agility of his mind: Hillman had a way of dancing his way through complex ideas that was both dazzling and deeply serious.

The author of more than twenty books translated into twenty-five languages, Hillman touched a very wide range of people from the musician and artist Brian Eno to the actor Mark Rylance, from painter and film maker Derek Jarman to the novelist Thomas Pynchon, from punk historian and rock critic Jon Savage to the artist Susan Hiller.

Fiercely critical of America’s dedication to the pursuit of happiness, James Hillman focused on the darkest and most difficult human experiences – illness, depression, failure and suicide, not merely as abnormal pathologies that should be avoided or cured, but as potential sources of depth and wisdom.

Hillman drew on the writers and philosophers of the Italian Renaissance and Ancient Greece, as well as a romantic tradition that included Keats, Goethe, Schelling and Dilthey. Aware that he didn’t want to create a school of his own, he proposed an “archetypal” or “imaginal” psychology, which would restore the psyche or soul to a discipline he believed to have been diminished by the scientific and medical models.  Influenced by the French Islamist and Sufi Henry Corbin, the poetics of Gaston Bachelard and the phenomenology of Merleau-Ponty, he argued that reality is a construct of the human imagination – the stuff of myths, dreams, fantasies and images. There was, however, very little about his thought that was divorced from the world of money, war and politics. His unrelenting cultural critique embraced everything from masturbation to plastic surgery, and the design of ceilings to Dubya’s foreign policy.

The image –as antidote to literalism – was central to his thought and practice, but not an image reduced by theoretical speculation or interpretation. Whether in dream, poetry or everyday life, he would advocate “sticking to the image”, whose often indistinct or paradoxical language spoke, he argued, with more authenticity than verbal discourse. Film was an ideal vehicle for his ideas: he was the main contributor to my films “The Heart Has Reasons”  (Channel 4, 1993) “Kind of Blue” (Channel 4,1994), and the five part-series “The Architecture of the Imagination (BBC2, 1994)

Hillman’s thought drew on pre-Christian modes of thought – a polytheistic perspective reflecting the myriad possibilities of the human psyche, imagined as gods and goddesses, myths and metaphors, whose polymorphous nature spoke for the instincts that shape our thoughts and actions more truthfully than the good-and-evil world of oppositions central to the monotheistic religions of the book.

James Hillman grew up in Atlantic City, New Jersey, with parents in the high-end hotel business – they partly owned the George V in Paris.  In a seaside resort that sold and lived by illusion, Hillman spoke of learning early on about things not always being what they seemed. During the Second World War, he served in the Navy Hospital Corps, looking after the blind – an experience that exposed him to the sightless patients’ rich inner life as well convincing him of the pitfalls of institutional medicine. After studying at the Sorbonne and Trinity College, Dublin, he travelled in Africa and spent a year writing in Kashmir, where he discovered the writings of C.G.Jung. He returned to Europe to work on a PhD at the university of Zurich and enrolled on the diploma course at the Jung Institute in 1950.

Soon after qualifying, he became Director of Studies at the Institute and during his time there, published his most ground-breaking works, including “Re-Visioning Psychology” (1975), based on the prestigious Terry Lectures he had given at Yale in 1972. This Pulitzer nominated book was followed by “The Dream and the Underworld (1979) and “The Myth of Analysis” (1983) In these central studies Hillman set out, with great erudition as well as a gift for subversion, to “see through” the idea and practice of psychology, the way in which we extract meaning from dreams and the guiding fictions behind the practice of psychoanalysis.

Hillman left Zurich in 1978 to become Graduate Dean at University of Dallas, where he also set up the Dallas Institute of Humanities and Culture which fostered the radical appraisal of cities and our lives within them. He also edited the journal Spring and was chief editor of Spring Publications.

Having practiced as an analyst for 40 years, Hillman eventually became highly critical of therapy. He argued that the sickness of humanity lay in the world rather than within each person. Therapy should, he believed, change politics, cities, buildings, schools and our relationship with the natural environment rather than focus solely on people’s inner lives.

Although Hillman was far from sympathetic to its sugar-coated promise of wholeness and fulfillment, he was co-opted by the New Age movement, always anxious to promote gurus with a fresh message. He came dangerously close to being identified with it when he was, for several years, involved in the Men’s Movement, alongside the poet Robert Bly and the social activist Michael Meade. He moved on to find a wider audience through a series of popular but still provocative books, including “The Soul’s Code” (1997), which reached the No1. Spot on the New York Times bestseller list, and “The Force of Character” (1999)  - works which explored, with examples running from Picasso to Hitler, the idea that we all have a calling, a individual and innate character which shapes our lives. In “A Terrible Love of War” (2004), eschewing the pacifism so dear to the liberal left, he reflected on humanity’s abiding martial ardour and need for the periodic spilling of blood, at great cost and with incalculable suffering.

As well as writing beautifully – texts of layered intellectual exposition that were dense yet always skillfully articulated – he was an electrifying lecturer and teacher:  a tall and charismatic mixture of rabbinical scholar and comedian, with a breathtaking ability to lead his audience through arguments that turned accepted ideas upside down in a vibrant exploration of truths that were multi-faceted and paradoxical. Unlike other critics of the mainstream approach to mental illness, he was not “anti”- anything, seeing in opposition a fantasy that drew us away from meaning and from life. He preferred to deconstruct, often playfully, whether he was speaking of plastic surgery, the politics of the Middle East or the paranoia of the psychiatric profession.

Not surprisingly he approached death, through a period of great physical suffering, with courage, humour and a continuing curiosity about the fictions that surround our ideas of life and death.

He is survived by his wife Margot McLean and his children by his first marriage Julia, Carola, Susanne and Laurence and five grandchildren.

James Hillman, writer, archetypal psychologist, born 12 April 1926, died 27 October 2011.

Mark Kidel

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Lucienne Deschamps

ws_lucienneduchamps2

Passionnée et curieuse, elle se plait à visiter les différentes formes du spectacle vivant : théâtre, chant, danse.
Après avoir été co-fondatrice du Roy Hart Theatre à Londres, en France, elle joue Max Frisch, Lorca, Giraudoux, Thomas Bernhard, Philippe Minyana. Avec Fred Personne, elle tient le premier rôle de  plusieurs pièces et chante Victor Hugo, Léo Ferré et Jacques Prévert. Roland Petit lui offre le personnage de la mère Mac Miche dans son spectacle Les bons petits Diables, mis en musique par Richard Galliano.
Au cinéma elle est l’interprète principale de six films réalisés par Marcel Hanoun récemment célébré à la cinémathèque française.
Elle chante toujours : improvisations, comédies musicales pour enfants, théâtres musicaux et récitals  dont Les Chansons Realistes et la bande à Bruant à Montmartre. De sa voix sensible, habitée et personnelle, elle crie ses coups de cœoeur pour les grands qui ont marqué tant la poésie que la musique. Elle participe au disque de Claude Antonini consacré à Maurice Rollinat dans l’anthologie de la Chanson Française, et à l’anthologie de la poésie érotique chansons et poètes dirigée par Bernard Ascal.
Ses trois albums, Lucienne Chante les Poetes, Mots d’Amour et AIDE MEMOIRE, sont distribués par EPM et sélectionnés par le Printemps des Poètes. AIDE MEMOIRE vient de recevoir un coup de cœoeur de l’Académie Charles Cros.
Une animatrice
Elle a toujours animé des groupes de tous âges et enseigné théâtre, voix, interprétation, communication. C’est comme une seconde nature complémentaire de la création.
Formation permanente (AFDAS), créativité et développement personnel, réinsertion, sont les grands axes de son travail avec ACP la manufacture Chanson.
Sa formation récente en médiation artistique à l’INECAT lui a permis d’élaborer une forme originale d’animations musicales interactives. Elle développe cette pratique entre autres dans les services de gériatrie des hôpitaux, autour de ses récitals Gourmande, PIAF, chansons de poètes.

Contact:
Agent Cindy Brace
Site Web:
www.luciennedeschamps.fr

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Marie-Paule Marthe

ws_mpmarthe

Marie-Paule Marthe est comédienne, chanteuse et professeur. Elle a tourné avec le Roy Hart Theatre et d’autres compagnies françaises en Europe. Elle dirige des stages et donne des cours individuels dans ses spécialités : la voix (parlée et chantée), le mouvement et la direction d’acteur, en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. Aux Etats-Unis, elle travaille dans le Connecticut et le Massachussetts.

Elle est professeur au Centre Artistique International Roy Hart, Malérargues, France. Avant de travailler avec le Roy Hart Theatre en 1979, Marie-Paule a vécu en Angleterre, aux Etats-Unis, et en Espagne où elle a enseigné le Français et étudié la danse contemporaine et le mouvement. Elle parle couramment français et anglais, et peut parler et chanter en allemand, italien, et espagnol.

 Elle a travaillé avec de nombreux comédiens, danseurs, chanteurs, musiciens, conteurs et artistes de cirque dans des centres nationaux et diverses institutions en France et en Europe. Son enseignement est aussi ouvert aux amateurs qui souhaitent développer leur talent dans les domaines de la voix, du mouvement et du jeu.

 Sa pédagogie intègre des techniques diverses, du Roy Hart Theatre, à la physiologie et l’anatomie de la voix, au Bel Canto, à la chanson populaire, au mouvement et à la danse. Un de ses mots-clés est le plaisir, qui peut être moteur de l’émotion vitale, de l’imagination et de l’authenticité.

 Elle aime aussi chanter a cappella et dire des textes dans diverses langues, en prenant plaisir à allier liberté et précision. Elle prépare un solo a cappella « La Musique d’Orphée », inspiré du manuscrit « Orphée ou la Voie vers un Masque » d’Alfred Wolfsohn, qu’elle traduit en français.

 Quelques personnes-clés avec qui elle a travaillé, et qui l’ont influencée :  

Barrie Coghlan, Elizabeth Mayer, Marita Günther et Robert Harvey, artistes et professeurs, membres fondateurs du Roy Hart Theatre ; Françoise et Dominique Dupuy, danseurs, chorégraphes, maîtres et chercheurs en danse et en mouvement; Charles Boer, Professeur Émérite en mythologie, écrivain et traducteur; James Hillman, psychanalyste et écrivain;  Roberto Caverni, chanteur et Maestro (Bel Canto); Benoît Amy de la Bretèque, médecin phoniatre, chanteur et musicien ; Ida Kelarova, chanteuse tchèque, musicienne et compositrice (chants et musiques tzigannes); Giovanna Marini, chanteuse italienne, compositrice et chercheuse en ethnomusicologie; Claude Espinassier, praticien Feldenkreis; Sophie Daull, comédienne et directrice d’acteur. Contact: e-mail

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

24 Mai - 5 JuinVoix Mouvement TexteI. MIDDERIGH / M.-P. MARTHE / B. Mc GEE* / J. MILLIGAN

Dirigé par Ivan MIDDERIGH avec Marie Paule MARTHE, Beth Mc GEE* et Jennifer MILLIGAN* (artistes invitées)

Durée : 72 h (journée libre le 30 Mai) –  Prix : 972 €

Ce stage offre une occasion unique de travailler  la voix parlée et le texte avec Beth McGee, professeur à l’université de Case Western Reserve de Cleveland, l’exploration vocale selon la méthode RHT avec Ivan Midderigh et  M-P Marthe, et une technique d’improvisation appelée Viewpoints pratiquée par Jennifer Milligan de Cincinnati Conservatory et Naropa University.

Ce stage est ouvert à tous, mais il peut être organisé pour que les participants qui connaissent le travail ou qui ont déjà travaillé avec nous puissent approfondir les différentes approches. Merci d’apporter une chanson et un texte appris par cœur.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

10 - 15 MaiVoix et Musicalité (stage pédagogique)I. MIDDERIGH / M.-P. MARTHE / D. GOLDSWORTHY

Dirigé par Ivan MIDDERIGH, Marie Paule MARTHE et David GOLDSWORTHY
Durée : 36 h – Prix : 486 €      Stage annulé par manque de participant.

« Ce voyage dangereux et passionnant dans la voix de huit octaves, c’est-à-dire dans le son, a été entrepris en premier lieu, dans l’intention de découvrir la source du mot auquel mon théâtre est en train de revenir. » (Roy Hart)

Voix et Musicalité propose d’interroger dans la pratique pédagogique la relation musicale entre le préverbal et le mot (le verbe) auquel Roy Hart souhaitait revenir. En s’appuyant sur des documents d’archives et sur l’expérience de professeurs RHT venus de Londres, les candidats apprendront à utiliser l’extension des registres vocaux (la Voix de Huit Octaves) et le sens qui surgit ou se révèle dans l’expression, émotionnellement et artistiquement, au-delà des mots.

Voix et Musicalité est un stage pédagogique de niveau avancé ouvert aux candidats inscrits au programme de formation pédagogique RHT ainsi qu’à toute personne ayant déjà acquis une connaissance approfondie du travail vocal RHT, et ouverte
à recevoir l’enseignement des candidats ainsi que celui de professeurs RHT expérimentés.

Rappel : Toute personne désirant présenter sa candidature à la formation de formateurs RHT doit avoir obtenu le certificat général RHT. Ce stage peut être pris en compte dans le volume horaire requis pour le certificat général pour les personnes intéressées par celui-ci.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Marianne Le Tron

ws_mariannelethron2

Membre du Roy Hart Théâtre depuis 1978. La voix chantée/parlée de la leçon de chant à la création vocale, en passant par l’écoute de la relation d’aide. Le CAIRH est une scène singulière. Nous souhaitons que cet outil de travail oeuvre pour les arts de la voix chantée/parlée et soit le carrefour de nos créations et de nos cultures artistiques.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Jean-Claude Dufourd

ws_jean-claude1

Jean-Claude a découvert Malérargues et l’enseignement de la voix du Roy Hart Théâtre pendant l’été 1993. Il a tout de suite aimé ça et il est revenu chaque été depuis, et même certains hivers ! Il a été parmi les premiers à recevoir le Certificat géneral du RHT à l’occasion de la première Semaine des membres. Il a été élu au Conseil d’Administration en août 2007, et il est trésorier du CAIRH depuis août 2009. A l’extérieur du CAIRH, il est enseignant chercheur dans une grande école parisienne. Il est acteur et chanteur amateur, il écrit de la poésie et même un peu de musique. C’est aussi un fanatique de danse des 5 rythmes Vous pouvez le joindre à e-mail .

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Paula Molinari

ws_paulamolinari

Paula Maria Aristides de Oliveira Molinari

Doctorat en Communication et sémiotique à PUC / SP (2010) – la ligne de la culture de recherche et de l’environnement médiatique est Maître de la parole et du PUC / SP (2004), diplôme de spécialiste pratique dans instrumentale et chant pour l’école de musique de Carlos Gomes et enseignant Roy Voix Hart organisé par le Centre Artistique Internationale Hart Roy – France (2008). Il est actuellement coordinateur du cours de musique diplômés et cours de deuxième cycle en éducation musicale, un professeur dans le cours de l’histoire avec l’histoire de l’art, en étudiant la musique avec les disciplines linguistiques de structuration et de la musique, Music Perception, technique vocale et pédagogie Wolfsohn, instrument complémentaire et piano dans le programme de soins infirmiers à la discipline de la méthodologie scientifique dans le cours de diplôme d’études supérieures en éducation artistique avec les disciplines et méthodologies musicalisation Limpo Paulista école FACCAMP. Elle est professeur de Jean-Paul II École de Marília – FAJOPA dans un cours d’extension dans la musique liturgique et Song et professeur au séminaire diocésain de Saint-Pie X dans la discipline de la musique liturgique et le chant. CELMU professeur de technique vocale avec les cours, la théorie musicale et de la perception musicale.C’est CNBB conseiller musical et les membres du comité éditorial du Journal of Education Apredizagem FACCAMP / WEA. Elle est la fondatrice et directrice de l’International de Théâtre Wolfsohn latin et le travail vocal Hart.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Noah Pikes

ws_noahpikes

« Je suis né à Londres en 1941. Frustré dans mes tentatives de découvrir un moyen d’expression, ce n’est qu’en 1967 que Roy Hart m’a montré qu’il se trouvait en fait sous mon propre nez : c’était ma voix ! C’est en effet à travers ma voix que j’ai pu m’engager en moi-même de façon créative et explorer les questions existentielles qui me troublaient.

J’ai résidé à Malérargues à partir de 1974, avant de m’installer en Suisse en 1991. En 2004, j’ai investi à nouveau un espace de vie à Malérargues. Durant ces vingt-cinq dernières années, j’ai continué à étudier ma voix, mais aussi le mouvement, le clown de théâtre, le psychodrame, les musiques improvisées, la psychologie archétypale et le shamanisme contemporain. Toutes ces influences se sont synthétisées dans une façon de travailler la voix qui m’est personnelle et que j’appelle « La pleine voix ». Elle consiste en une révision et une amplification des idées importantes qu’exploraient Wolfsohn et Hart. Cette façon d’approcher la voix permet à l’étudiant d’expérimenter un « Tout » qui contient les nombreuses polarités présentes dans notre nature humaine et dans la voix humaine. C’est ce point-là qui m’a semblé le plus intéressant dans ce que j’ai pu expérimenter du travail de Wolfsohn et de Roy Hart, et c’est aussi ce même point qui me motive en tant qu’enseignant. »

Interprète

Noah est l’un des membres fondateurs du Roy Hart Theatre. Il a joué dans des spectacles de ce groupe jusqu’en 1985, et en général, ses interventions étaient surtout musicales. Depuis 1985, il a plutôt pris une direction de soliste : Il tisse ensemble textes, chants, sons vocaux, clown de théâtre, improvisation et compositions, le plus souvent en présence de musiciens.

Enseignant

Depuis 1979, Noah a enseigné largement en Europe. Ces dernières années, il est surtout intervenu en France, en Suisse, en Angleterre et au Brésil. Il travaille en groupe et en individuel avec des personnes d’horizons divers qui sont intéressés par l’exploration et le développement de leur créativité vocale, pour des raisons personnelles et/ou professionnelles. Noah propose effectivement aussi une formation qui vise à l’utilisation de la pleine voix au sein même du milieu professionnel dans lequel évoluent ses stagiaires. Son enseignement se déroule en dialogue continu avec l’élève.

Écrivain

Le livre « Dark Voices: The Genesis of Roy Hart Theatre » écrit par Noah Pikes a été publié en anglais par Spring Journal Books, aux États-Unis, en 2000. Une édition révisée est parue en 2005 et une traduction de ce texte en français sera également bientôt disponible.

On peut commander ce livre en s’adressant directement à Noah Pikes : e-mail.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn